Aventure

les aventuriers et les explorateurs sont des preneurs de risques professionnels.

Ils voyagent à travers des terres dangereuses, rencontrent des animaux sauvages et vivent des situations extrêmes.

Voici trois exemples de preneurs de risques professionnels - sur terre, dans les airs et sous l'eau

 

Voyageur SOLO

Kira Salak est une voyageuse et une écrivaine. Mais cette jeune femme n’est pas un voyageur typique. Salak a été le premier à faire du kayak sur 600 milles le long du fleuve Niger en Afrique de l’Ouest. Elle a également été la première femme à traverser la Papouasie-Nouvelle-Guinée. et elle a fait ces choses seule.

Salak prend souvent des risques pour se remettre en question. Elle veut aussi apprendre comment les gens vivent dans les endroits qu’elle visite. Grâce à ses voyages et à son expérience, Salak a appris une chose importante à savoir: Les défis construisent le caractère à nul autre pareil, ils vous renseignent sur vous-même et sur les autres, ils vous donnent une perspective plus profonde de la vie .

 

Parachutiste en chute libre

 

Felix Baumgartner est le parachutiste en chute libre le plus rapide au monde. En octobre 2012, le parachutiste autrichien a sauté d’un ballon à 24 milles (près de 40 kilomètres) au-dessus de la Terre. Sa vitesse maximale était de 1 332 km / h (833,9 mi / h) – plus rapide que la vitesse du son.
Baumgartner était en danger tout le temps. L’air à haute altitude est très froid et il n’y a pas assez d’oxygène. Seul le costume spécial de Baumgartner l’a protégé de ce defit (dangers). Pourquoi Baumgartner prend t-il ces risques?
J’AIME LE DÉFI, dit-il. Essayer de devenir la première personne à briser la vitesse du son en chute libre est un défi sans pareil.

 

Photographe sous-marin

Brian Skerry est un photojournaliste sous-marin. dans le cadre de son travail, il rencontre des créatures marines dangereuses et mystérieuses telles que les baleines, les requins et l’énorme calmar Humboldt. Pour obtenir la meilleure photo, Skerry se rapproche de la faune —- Même si c’est dangereux. Une fois au Mexique, un calmar a attrapé Skerry alors qu’il prenait une photo.

pourquoi Skerry prend-il ces risques? Il espère que ses photographies inciteront les gens à penser à la vie dans l’océan mondial. Comme le dit Skerry, les océans ont de gros problèmes … En tant que journaliste, la chose la plus importante à faire est de sensibiliser.

Tags: No tags

2 Responses

Leave a Comment